Elections pour la Vie lycéenne

Lundi auront lieu les élections pour le bureau de la Vie lycéenne et les candidats travaillent dur pour remporter la victoire.

Voici leurs affiches….

Bonne chance aux deux listes.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un parfum de Madagascar

Mardi 2 décembre.

Dans l’église Saint-Léon chauffée pour l’occasion, les élèves du Lycée ont accueilli P. Bertrand Monnier, ancien coopérant du Foyer Tanjomoha à sud de Madagascar, foyer que notre Lycée soutient cette année car une enseignante de notre établissement y a été volontaire il y a quelques années. Ce foyer a été fondé par le P. Carme, un missionnaire lazariste.

Les élèves ont pu découvrir à travers de nombreuses anecdotes la vie des enfants handicapés de ce centre. Après la rééducation orthopédique, ils acquièrent les compétences en couture ou menuiserie. L’anecdote la plus marquante fut celle de l’accueil de cet enfant dénutri, pesant tout juste 1kg – il a pu être sauvé. De la vanille, des piments, du safran ou du curry de Madagascar étaient présentés pour que les élèves puissent les sentir. Au cours du carême, le bol de riz – fort à propos – sera proposé aux élèves.

Les différents acteurs de l’établissement vont bientôt lancer des actions pour récolter de l’argent pour aider Tanjomoha : avec un euro, une famille est nourrie pendant une semaine…

La Grande Guerre

Dans le cadre des Parcours culturels, les élèves de Première L- ES et S se sont déplacés au TGP à Frouard pour assister au spectacle La Grande Guerre. Voici ce qu’ils ont retenu :

Aujourd’hui nous parlerons d’ un spectacle qui a eu lieu vendredi  21 novembre 2014 au théâtre Gérard Philippe. On nous presente ici l´enfer des tranchées, c’est une petite reconstitution mis en scène avec des maquettes, des petits soldats bougés par les intervenants du spectacle,mais aussi avec des bruitages, de la musique et des stratagèmes visuels comme du faux gaz, du feu… 

Tout était bien representé, le rythme était un peu lent mais il contribuait au charme indéniable de cette œuvre qui a su représenter avec brio les horreurs et les épreuves qu’on pu endurer les soldats durant la guerre, la musique et la voix off nous rapprochant encore plus du soldat, l’incrustation de certaines musiques   nous rapprochait encore plus de cette époque terrible, le jeux rythmé des comédiens marionétistes  accompagné de sons ambiants fort bien réalisés. Les prouesses techniques de cette oeuvre montre un spectacle préparé méticuleusement et qui semble être le fruit d’un trés grand travail.
 Le fait que les lettres soient des lettres de soldats réels augmente encore plus cet aspect réaliste se dégageant de cette oeuvre qui ravira petits et grands. 

Une voix « in » acompagne les images sur l’écran, on arrive plus facilement à se repérer et avoir une histoire concrète. Cette voix « in » nous lit des vraies lettres écrites par des soldats.
Des bruitages cinématographiques accompagnent également certaines images ou gestes que l’on aperçoit à l’écran. Les bruitages sont bien synchronisés avec l’image. Les artistes utilisent des caches qu´ils posent sur la caméra pour permettre de nous faire croire que le personnage se situe dans un camion. Certains zooms permettaient un effet de transition pour passer d´une image (Plan) à l’autre. Grâce à certains mouvements de caméra (travelling…) nous pensons que le 
plateau est plus grand et le fait d’utiliser les mêmes objets (déplacement du char), renforce cette idée. 
Les intervenants du spectacle jouent avec la  perspective pour donner du volume aux actions 
seul petit inconvénient, certaines scènes sont répétitives et parfois trop longue. 


Sur scène, on pouvait retrouver cinq parties:

– un espace pour l’ingénieur du son, usant aussi bien de moyens technologiques pour créer les sons (notamment pour les bruits de bombe), que des sons plus artisanaux notamment pour les bruits de sabots.

– il y avait un espace dédié au centre de la scène pour les voix « in », deux comédiennes lisaient des lettres envoyées par les soldats lors de la Der des Ders, celles-ci mettaient le ton et nous faisaient vraiment ressentir l’ambiance de la guerre, nous avions l’impression d’y être.

– on retrouvait aussi un espace sur la droite de la scène et s’enfonçant de plusieurs mètres vers le fond de la scène, c’était un espace d’une largeur d’environ un mètre, arrivant au niveau de la taille des comédiens, recouvert de terre, elle représentait la majeure partie du spectacle. Utilisée lors des scènes de tranchées, de bataille et de paysages, le tout filmé avec plusieurs caméras (mais seule une diffusait l’image filmée sur un écran au dessus de la scène, nous permettant de visualiser sous forme de petit court métrage le travail effectué sur scène). Des effets notamment sonores ou visuels telle une réaction chimique imitant à la perfection un brouillard dans les tranchées, ou encore des pétards reproduisant des explosions d´obus.

– au devant de la scène, situé au centre de celle-ci, 4 boites collées entre elles, permettaient aux artistes de poser une carte (filmée par une caméra en plongée au-dessus de la carte). Cette scène nous introduisait l’aspect historique du spectacle.

Luc courtois,Fabien bardeau,Alexandre corby, Arnaud Jehl, classe de 1e L-ES

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les études de médecine présentées aux lycéens de Terminale S et de Seconde

Le professeur Henri Coudane, doyen de la faculté de médecine de Nancy a présenté le cursus universitaire pour les professions médicales et paramédicales. Les conseils présentés par le spécialistes à retenir: forte motivation et maîtrise des méthodes à acquérir dès le lycée !
Merci encore au professeur Coudane pour sa présentation et l’aperçu de ses multiples fonctions (chirurgien, expert médico-légal, enseignant…)